Notre ferme, témoin de l’histoire

sculpture médiévale témoignant de l'histoire de notre hameau

Du néolithique à l’Empire romain : entre faits et conjectures

La commune de Fontangy, qui accueille notre ferme, n’a pas eu l’honneur de voir naître ou passer de manière remarquable les grands noms de l’histoire de France. Elle n’a été le théâtre d’aucun haut fait. Seule la vie ordinaire de petites gens confrontés aux problématiques tout à fait normales s’y est déroulée. Pourquoi alors s’y intéresser ? Parce que malgré le désintérêt global des historiens pour notre commune, elle est emblématique du millefeuille historique des petits villages français. Apparaissent ainsi, à proximité de notre ferme, des traces d’une ancienne fortification de pierre, perchée sur un éperon rocheux, vestige probable d’une installation humaine datant du néolithique et qui aurait perduré jusqu’à la conquête de la Gaule par les légions romaines. Par ailleurs, le croisement d’un chemin, non loin de notre lieu d’accueil, aurait été ponctué d’une pierre, signalée par le dénombrement de 1503 comme la Pierre de Picouvert. S’agirait-il là d’un ancien mégalithe aujourd’hui disparu ? Enfin, le nom de notre lieu-dit, Chazelle l’Echo, trouverait son origine dans l’association de deux mots : Casellae et Escot, issu du germanique Skot. Le premier, latin, témoigne de la présence romaine et signifierait « petit groupe de maisons ». Le second quant à lui, témoigne d’une ancienne présence Barbare, venue de l’actuelle Allemagne, et signifiant probablement « bois ». Nous sommes finalement nous-mêmes porte-étendards de cette double origine puisque notre couple, franco-allemand, perpétue cette richesse culturelle et historique de la commune !

Les origines du gîte : le Moyen-Age

Il est intéressant de noter que les tracés des routes de France, en particulier les plus petites, sont le plus souvent d’une fidélité surprenante aux tracés anciens. Il en va ainsi de la RD26 sur laquelle est situé la ferme du château de Chazelle l’Echo (gîte et chambres d’hôtes). Cette départementale suit le tracé de l’antique voie reliant Saulieu à Vitteaux. Voie d’abord gauloise puis romaine et enfin française, mais toujours inchangée. Et c’est sur le bord de cette voie que les témoignages du 16ème et du 17ème siècle placent une motte féodale, sorte de place forte surélevée, à deux pas de notre emplacement actuel. Le dénombrement de 1503, déjà évoqué, fait état d’une maison forte appelée La Tour. Mais le terrier de 1638 précise les choses en évoquant précisément un ensemble composé d’un château, d’une maison forte, d’une tour et d’un ensemble de corps de ferme. Le donjon du château est ainsi nommé… la Tour de Giry ! La première évocation officielle de notre demeure apparaît donc enfin et en fait donc remonter la naissance bien en arrière. En effet, l’ensemble aurait selon toute probabilité remplacé la butte féodale détruite lors de la Guerre de Cent Ans. A la fois espace de protection et péage, La Tour de Giry était idéalement placée pour percevoir des taxes sur les nombreux passages de la voie de Saulieu à Vitteaux. Dès le Moyen-Âge donc, notre demeure était une étape incontournable !

peinture

Du Moyen-Age à nos jours

Au fil des siècles la maison forte a évolué : des tours ont été ajoutées, puis démolies. Le château lui-même a fini par être déconstruit en 1930. Transmise de générations en générations et changeant de main au gré des troubles et des changements de l’Histoire, la ferme du château a, elle, survécu. Jusqu’à ce que nous tombions amoureux de ses pierres, de son aura, et de son environnement : la Côte d’Or. C’est ainsi que nous avons décidé d’en faire un lieu de partage, d’échange multiculturel et de bien-être. Son ancien propriétaire, passionné d’histoire, a mené sa propre enquête, consulté des archives tant privées que publiques et contacté des historiens, accompagné par deux étudiants, dans les années soixante-dix. Ils ont donc pu, petit à petit, retracer l’histoire de notre demeure aujourd’hui ouverte à tous. Si vous aussi vous êtes passionné par l’histoire, rejoignez notre table d’hôtes, nos chambres ou notre gîte et venez discuter avec nous d’une passion commune. Nous nous enrichirons mutuellement de ces échanges et créeront des liens qui, peut-être, traverseront l’histoire.